Mes lectures en bref #2

Hunger Games : L’Embrasement de Suzanne Collins – 18/20

hunger-games-tome-2-l-embrasementAprès avoir adoré le premier tome de cette saga incontournable, j’ai voulu découvrir la suite des aventures de Katniss et Peeta au sein de Panem. Et à nouveau ce fut un réel plaisir. L’auteur a réussi à me transportée dans cet univers dystopique à part entière. J’ai été conquise même si je garde un meilleur souvenir du film que j’avais littéralement a-do-ré ! Katniss reste un personnage particulier, légèrement antipathique qui ne sait pas ce qu’elle veut.. Ce qui m’a parfois légèrement agacée, à vrai dire. Cependant, la richesse du monde crée par Suzanne Collins et le personnage de Peeta dont je suis folle m’ont fait oublié ces petits détails négatifs.

Maybe Someday de Colleen Hoover – 17/20

maybe somedayJ’avais énormément entendu parler de ce roman et de son auteur Colleen Hoover. Ainsi, tentée par les multiples avis ultra positifs qui fleurissaient sur la blogo, je me suis donc lancée! Pour être sincère, ce roman n’a pas été un coup de coeur. Pourtant je lui ai mis un 17/20 car wah quoi. Le thème que l’auteur a abordé m’a juste « foutu sur le cul » sans vouloir être vulgaire. Je ne m’attendais vraiment pas à ça du tout ! J’ai adoré le personnage de Ridge, qui m’a touché en plein coeur de part son dévouement, sa beauté intérieure et extérieure. J’avais envie de le serrer très fort. C’est un homme, un vrai qui a su surmonter les épreuves de la vie sans ne rien demander à personne. J’ai un peu plus de mal avec le personnage de Sydney pour lequel je n’ai pas du tout accroché et qui explique mon absence de coup de coeur. Il est néanmoins important de préciser que Colleen Hoover a une plume magnifique, poétique et délicate qui plaira à tous, sans aucun doute !

Ce qui nous lie de Samantha Bailly – 12/20

couv11744902Je finis malheureusement par une grosse déception. J’avais tellement entendu de bons avis sur les romans de Samantha Bailly et pourtant, avec moi, ça ne l’a pas fait du tout. A vrai dire je ne suis pas très adepte de son style avec des phrases courtes et des mots qui s’enchainent. J’ai malheureusement trouvé ça trop rapide et impersonnel. De plus, je n’ai pas adhéré à l’histoire pseudo fantastique, je l’ai trouvée un peu trop tiré par les cheveux.. Ma chronique m’embête face à l’engouement autour de cet auteur, cependant je pense lire un autre roman de Samantha Bailly afin de me faire un avis plus complet.

Vous avez lu ces romans? Qu’en avez-vous pensé? 

Publicités

CHRONIQUE #49 : Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr

DAPHNE REBECCA

Résumé :

Marie-Laure Leblanc vit avec son père près du Muséum d’histoire naturelle de Paris où il travaille. A six ans, la petite fille devient aveugle, et son père crée alors pour elle une maquette reconstituant fidèlement leur quartier pour l’aider à s’orienter et à se déplacer. Six ans plus tard, l’Occupation nazie les pousse à trouver refuge à Saint-Malo chez l’oncle du père de Marie-Laure, un excentrique profondément marqué par son expérience de la Première Guerre mondiale, qui vit reclus dans sa maison en bord de mer. Pour éviter que les Allemands ne s’en emparent, le Muséum a confié à Leblanc un joyau rare, la copie d’un diamant ayant appartenu à la famille royale de France, sans savoir qu’il s’agit en réalité de l’original. Loin de là, en Allemagne, Werner grandit dans un pensionnat pour enfants de mineurs décédés. Curieux et intelligent, l’orphelin se passionne pour la science et la mécanique et apprend rapidement à réparer les machines qui lui tombent sous la main. Un talent rare repéré par les Jeunesses hitlériennes où il se trouve enrôlé. Prenant conscience des fins auxquelles est utilisée son intelligence, il est sanctionné, devenant un simple soldat de la Wehrmacht. En 1944, son chemin croise en France celui de Marie-Laure alors que Saint-Malo est incendiée et pilonnée par les bombes.


Mon avis :

Je vous retrouve avec le chronique de ce roman qui m’a bouleversée. Soyons claire tout de suite ! Cette couverture magnifique me faisait de l’oeil dans le présentoir Nouveauté de ma Médiathèque. Je me suis donc rapidement jeté dessus. J’ai mis très longtemps à lire ce roman, presque trois semaines, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps. Cependant, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est, je pense, un roman qu’il faut prendre le temps de savourer. Ce n’est pas lui rendre justice de le dévorer en trois jours, au contraire.

L’écriture d’Anthony Doerr est délicate et poétique, j’ai apprécié chaque mot employé, chaque phrase formulé. L’histoire est magnifique, magique, elle nous touche en plein coeur. Je me suis énormément attachée aux personnages de Werner et de Marie-Laure.

Ce roman nous fait réfléchir, il nous offre une autre vision de la Seconde Guerre Mondiale. C’est le premier roman que je lis qui me raconte cette guerre du côté des Allemands. On découvre clairement que ce ne sont pas tous des méchants, que beaucoup sont embrigadés dans des rôles qu’ils ne souhaitent. J’ai également apprécié des personnes dites « inappréciables » notamment Volkheimer. Malgré tout, tous gardent une part plus ou moins développé d’humanité.

Ce roman soulève des réflexions sur l’homme, sur son comportement sous la contrainte et la peur. Choisiriez vous de vous soumettre ou de vous révolter? Qu’en savons-nous tant que nous n’y sommes pas confrontés? Il faut comprendre et accepter qu’il y ait du bon et du mauvais dans chaque homme, qu’importe le camp dans lequel il est.

Je vous recommande de lire ce roman. J’ai été bluffée par l’écriture d’Anthony Doerr, et par son histoire qui m’a bouleversée. Si vous avez l’occasion de lire ce livre, n’hésitez plus !

Ma note : 17/20

CHRONIQUE #47 : Les Chroniques Lunaires T3 – Cress de Marissa Meyer

cress

Résumé :

Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l’enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d’autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher…


Attention : Ceci est un tome 3, il risque d’y avoir des spoilers ! 

Mon avis : 

Oui, je sais. J’ai un énooooorme retard dans mes chroniques. Avec la reprise des cours, mon déménagement et mon futur emménagement, j’ai eu très peu de temps pour publier quoique ce soit sur le blog et j’en suis désolée.

Je reviens donc aujourd’hui avec la fameuse chronique de Cress de Marissa Meyer, troisième tome de la saga Les Chroniques Lunaires que j’ai tout bonnement adoré ! Il est de loin mon tome préféré, et pourtant, c’est aussi le plus gros. J’ai à nouveau été embarquée dans cet univers futuriste peuplé d’hommes, de cyborgs, d’androides et de lunaires. Nous suivons toujours Cinder, Scarlet, Loup, Thorne et Iko qui souhaitent sauver le Monde et le Prince Kaito en détrônant la Reine Levana.

Dans ce tome-ci, nous faisons la connaissance de Cress, jeune coquille lunaire enfermée depuis des années dans un satellite en orbite au dessus de la Terre. Ayant aidée Cinder dans les tomes précédents, cette dernière décide de venir sauver Cress en la délivrant de sa prison particulière. Cress est une jeune fille niaise mais touchante par son innocence. Elle ne connait le monde réel que par le biais de ses ordinateurs. Cress a notamment de grandes capacités informatiques qui lui permettront d’aider Cinder et ses amis dans leur quête.

Nous découvrons également le personnage du Capitaine Thorne dans ce tome. A vrai dire, je l’ai tout simplement adoré ! Je suis fan de son humour, de son égo sur-dimensionné et de son absence de courage. C’est une vraie découverte, je l’ai trouvé bien plus attachant que je ne le pensais. Le couple Cress/Thorne est adorable et très drôle, c’est mon préféré.

Ce troisième tome a été riche en rebondissement et en aventure. Nous suivons à nouveau tous les personnages dans leur mission visant à renverser la Reine Levana. J’aime beaucoup le concept de Marissa Meyer qui nous offre de nombreux points de vue de personnages afin de nous apporter le plus d’informations possibles sur la situation. La fin de ce tome est énorme, bourré d’action et d’émotions. Je l’ai adoré et ai trouvé certains moments très touchants.

J’ai vraiment hâte de découvrir la suite de cette saga que je vous recommande encore et encore. Vous ne risquez pas d’être déçu ! Il me tarde de lire l’histoire de la Princesse Winter que j’ai trouvé très intrigante. Quant à Levana, j’ai acquis son histoire sur ma Kobo mais elle ne me tente pas tellement, j’ai peur de m’ennuyer et de tirer le roman sur plusieurs jours, voir semaine..

Avez-vous lu Levana? Qu’en avez-vous pensé? Vaut-il le coup d’être lu?

Ma note : 18/20

CHRONIQUE #46 : Ma raison de vivre de Rebecca Donovan

ma raison de vivre

Résumé :

– Et si je ne veux pas être ami avec toi?
– Alors nous ne serons pas amis.
– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami?
– Alors nous ne serons rien du tout.

Emma a tout fait pour empêcher Evan d’entrer dans sa vie. Non pas parce qu’il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l’attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle…


Mon avis :

Ma raison de vivre est un roman qui a beaucoup fait parler de lui à sa sortie, par sa couverture, mais aussi par son histoire touchante. Sans trop chercher à en savoir plus, je me suis donc lancée dans cette lecture bouleversante.

Nous suivons l’histoire d’Emma, une jeune fille qui vit chez son oncle, sa tante et leurs deux enfants depuis maintenant quatre ans. Loin d’avoir une vie agréable, Emma s’est repliée sur elle-même et sur ses études. Elle est devenue un élève parfaite avec d’excellentes notes partout. Son objectif étant d’intégrer une très bonne université afin d’y faire ses études et d’échapper à son quotidien.

En effet, Ma raison de vivre vous poignarde en plein coeur. Il vous prend au tripes par toute l’intensité qu’il dégage. On ne peut qu’être touché par ce que subit Emma. C’est un sujet particulier dont on n’entend pas souvent parler, dont on n’est pas forcément conscient. Emma est un personnage compliqué, difficile à comprendre pourtant je m’y suis attachée.

Evan quant à lui est juste sensationnel. Comment ne pas être attendrie face à ce personnage? Il est juste parfait. Patient, à l’écoute, beau et intelligent, il est prêt à tout pour conquérir Emma et percer cette carapace qui la coupe du reste du monde.

Rebecca Donovan réussit à nous tenir en haleine durant tout le roman. Elle laisse planer du suspense, on garde une appréhension même quand tout se passe bien pour Emma. On a peur pour elle, on attend, on espère que tout ira mieux. La fin nous laisse d’ailleurs pantois. Je suis restée choquée, ne comprenant pas tout de suite ce qui arrivait.

J’ai adoré ma lecture et j’ai hâte de lire la suite de ce roman bouleversant. Je veux découvrir ce qu’Emma deviendra, Comment va-t-elle s’en sortir? Comment sa relation avec Evan va évoluer? Il ne me reste plus qu’à attendre patiemment que Pocket Jeunesse publie la suite..

Ma note : 17/20

CHRONIQUE #45 : Et soudain tout change de Gilles Legardinier

et soudain tout change

Résumé :

Camille et ses amis se connaissent depuis la maternelle. Leur dernière année de lycée les a enfin tous réunis dans la même classe. A quelques mois du bac, en compagnie de sa meilleure amie, Léa, d’Axel, Léo, et toute sa petite bande, la jeune fille découvre joyeusement la vie. Tous se demandent encore quels chemins ils vont prendre. Ils ignorent encore que d’ici l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie. Du meilleur au pire, avec l’énergie de leur âge et leurs espoirs, entre convictions et doutes, entre illusions et réalité, ils vont expérimenter, échanger et affronter. Leur histoire est la notre.


Mon avis :

Qui n’a jamais remarqué ces livres aux couvertures colorés avec des chatons dessus? En effet, il est difficile de passer à côté des romans de Gilles Legardinier. Comme beaucoup, j’en avais énormément entendu parler sans forcément m’y intéresser. Mais lorsque j’ai lu le résumé d’Et soudain tout change, et bien soudain, tout a changé. Ok c’était nul.

Soit, j’étais intriguée par cette histoire, me demandant comment un homme pouvait raconter l’histoire d’une jeune lycéenne. Et je dois dire que Gilles Legardinier a juste parfaitement réussi son coup. Et soudain tout change a été un véritable coup de coeur pour moi !

Ce roman raconte l’histoire de Camille et sa bande de copains durant leur année de Terminale. On assiste à leur petite vie remplie d’amour, d’amitié, de joie mais aussi de peur et de tristesse. Je me suis totalement retrouvée dans le personnage de Camille auquel j’ai tout de suite adhéré. Ce roman m’a rappelé ma période lycée, les questions que l’on se pose sur soi-même, sur le monde qui nous entoure et sur notre avenir.

Et soudain tout change est une bouffée d’air frais, un friandise que l’on se doit de savourer. C’est un roman que j’ai lu avec nostalgie, des souvenirs pleins la tête. Le style d’écriture de Gilles Legardinier est simplement parfait. Sa plume et fluide, sans longueurs et ponctuée de pointes d’humour qui vous font sourire voir plus, tout au long de notre lecture. Gilles Legardinier a su retransmettre les émotions de Camille à la perfection, nous donnant l’impression d’avoir comme auteur une jeune adolescente de 17 ans.

Pourtant ce roman n’est pas jeunesse, il est bien plus. Je pense qu’il plaira bien sur aux adolescents mais aussi aux personnes souhaitant se rappeler leur période lycée. De plus, c’est un roman idéal pour les parents qui souhaiteraient mieux comprendre leur adolescent.

La fin de ce roman m’a tout simplement bouleversée, au point d’en avoir les larmes aux yeux. Ce qui ne m’est encore jamais arrivé. J’ai ressenti énormément de choses sans pouvoir toutes les nommer. Je vous recommande de tout coeur ce roman, tout simplement délicieux, qui m’a laissait sans voix.

Ma note : 20/20

CHRONIQUE #44 : Hunger Games T1 – Suzanne Collins

hunger-games,-tome-1---hunger-games-337660

Résumé :

Les Jeux de la Faim ; 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ?
Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l’épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an.
Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé…
Les alliances se font et se défont et Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l’antenne. Calcul? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim…


Mon avis :

Dans la série Je lis un livre 3 ans après tout le monde, je m’appelle moi ! Eh oui, je n’avais pas encore lu Hunger Games de Suzanne Collins (Shame on me, again). Et là, j’avoue m’en vouloir un peu d’être passée à côté de ce roman, juste extra ! Le tome 1 de la saga Hunger Games a été un pur coup de coeur pour moi !

Je cherche du négatif.. en vain, tout m’a plu ! Il n’est pas nécessaire de vous rappeler l’histoire, je pense que tout le monde la connait. Sincèrement, j’ai beaucoup retardé cette lecture, pas l’envie, pas le temps.. Et puis j’avais vu l’adaptation au cinéma donc j’étais presque sûre d’être déçue. Heureusement pour ma mauvaise mémoire, je n’avais plus en tête certains passages, ce qui m’a permis de redécouvrir cette histoire à part entière.

Je suis littéralement fan de Katniss, de son courage, de sa force et surtout, de son dévouement pour ses proches. Sous son allure froide et distante, Katniss détient un grand coeur et nous le prouve à plusieurs reprises. Les moments passés avec Rue m’ont particulièrement touchés. J’ai aussi adoré le personnage de Peeta ( que je n’aimais pas particulièrement dans le film), j’ai enfin compris pourquoi les lecteurs d’Hunger Games le préférer à Gale. Peeta est si mignon et attachant, qu’on ne peut que l’apprécier. Son manque de confiance en lui et ses petites faiblesses assumées ne le rendent que plus adorable !

Suzanne Collins a réussi à rendre passionnante une histoire composée principalement de récit. On a très peu de dialogue, pourtant j’ai lu ce roman rapidement. L’auteur a réussi à nous décrire parfaitement le contexte, l’environnement au point de se sentir avec Katniss au sein de l’arène des Hunger Games. Tout était écrit avec beaucoup de fluidité et de dynamisme sans que je ne ressente aucune longueur.

J’avais adoré le film adapté de ce premier tome. Pourtant je ne peux que préférer le roman. Suzanne Collins m’a transporté dans cet incontournable de la dystopie. Aujourd’hui, je n’ai plus qu’une hâte, lire la suite !

Ma note : 20/20

CHRONIQUE #43 : Que la mort nous sépare T2 d’Amy Plum

que la mort nous sépare

Résumé :

Aux yeux de Kate, Vincent est parfait. À un détail près : Vincent est un revenant. Un revenant dont la vie consiste à mourir pour sauver des gens. Mourir, puis revivre. Indéfiniment.


Attention, cette chronique peut contenir des spoilers !

Mon avis :

J’avais bien apprécié ma lecture du tome 1, Plus encore que la vie d’Amy Plum. C’est donc avec plaisir que j’ai commencé le second tome de cette saga, Que la mort nous sépare. Toujours de très beaux titres et de très belles couvertures.

Nous retrouvons Kate et Vincent, à Paris. Plus amoureux que jamais, après les épreuves qu’ils ont vécues dans le premier tome. Alors que le chef des Numa a été tué, Vincent, Jules, Ambrose et les autres ne savent plus de qui ils doivent se méfier. Violette et Arthur apparaissent dans ce second tome pour aider l’équipe à en apprendre plus sur eux-mêmes et sur leurs ennemis.

Comparé au premier tome, c’est vrai que celui-ci est un peu plus long. Il ne se passe pas grand chose. Vincent et Kate recherchent chacun de leurs côtés un moyen d’améliorer les conditions de « vie » de Vincent. C’est vrai qu’il m’a manqué quelques moments de couple, ceux que j’avais apprécié dans Plus encore que la vie.

On en apprend plus sur le monde des revenants, en découvrant de nouveaux personnages mais aussi des coutumes et traditions de ces êtres exceptionnels. La quête de Kate nous en apprend également sur cet univers particulier. Le thème abordé par Amy Plum me fascine toujours autant de part son originalité. J’aime beaucoup le côté historique de l’histoire.

Le personnage de Georgia, la soeur de Kate, est très présent dans ce tome. J’ai adoré la fraicheur et la vitalité qu’elle apporte, ce qui contre-balance le côté un peu lugubre du roman. Les personnages de Violette et Arthur sont également très intéressant.

Pour parler de la fin, la révélation ne m’a pas surprise. Mais ce qui en découle nous laisse présager un troisième tome riche en rebondissement ! Même si ce second tome était un peu en-dessous du premier, il m’a donné très envie de découvrir la suite et fin de cette saga.

En conclusion, Que la mort nous sépare est un peu plus lent que le premier tome. Nous en apprenons plus sur le revenants, au dépens de l’action qui manque à ce second tome. Cependant, tout nous laisse présager un dernier tome rempli d’actions et de péripéties.

Ma note : 16/20

Chronique de Plus encore que la vie T1 – Amy Plum